Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2011

Nuit Blanche à Paris



Nuit Blanche à Paris,novembre 2011 

Musique de John Coltrane ;"Naïma" 1959


10/11/2011

Madrid ; après le musée

Collage,Le Prado,Madrid,carnet de voyage

Collage, sachet de sucre, encre, peinture dorée

10,5 x 15,5 cm

06/11/2011

Enquête au Prado

  Exposition, dans les locaux de l'association Foranim, en février 1999,

de 18 toiles (huile) de même format ( 65 x 81 cm ) inspirées de fragments

de tableaux de Vélasquez.


Le Film

05/11/2011

L'Autodidacte

 

           " Je suis un "autodidacte". Je l'avoue sans honte et sans orgueil.[...] Bien loin qu'une esthétique a priori ait présidé à mon éducation d'artiste, ce sont mes émotions d'artiste qui m'ont progressivement amené à une philosophie de l'art de moins en moins dogmatique.[...] C'est que j'ai évolué avec les formes de l'art elles-mêmes, et qu'au lieu d'imposer aux idoles que j'adorais une religion qu'on m'avait apprise, j'ai demandé à ces idoles de m'apprendre la religion.Toutes, en effet, m'ont révélé la même, et qu'il était tout à fait impossible, précisément parce qu'elle est universelle, de la fixer."

Elie FAURE  1921

 

elie faure,autodidacte,art,sculpture

03/11/2011

Les Objets Nuisibles , texte de Dom

les objets nuisibles 003.JPG

Une chose étrange m'inquiète en ce moment ;

Je ne l'ai vraiment réalisée que dimanche dernier,

dans le milieu de l'après midi.

J'étais dans la salle de bain, devant le miroir,

et  me livrai à une double observation scrupuleuse

physique et mentale de mon visage.

Il devait bien y avoir un doute, car ce n'est pas sans

raison que l'on s'observe ainsi...

Et bien, ce jour là, je ne me suis pas reconnu !

J'étais pourtant certain d'être toujours moi-même : d'ailleurs, il

suffisait que je fasse disparaître le miroir pour me retrouver.

C'est ce que je fis, raisonnablement : je le cachai comme on se cache des dragées 

pour ne pas les avaler en bloc ;

c'est à dire que, subrepticement, en essayant de ne pas éveiller mon attention,

je le dérobai à sa cachette et m'y examinai avec beaucoup de soins, puis je le dissimulai

à nouveau...

Et maintenant, de jour en jour, pour ne pas dire d'heure en heure, je SENS BIEN que

L'IMAGE ME TIRE, et que je deviens L'AUTRE, irrémédiablement.

DOM. 1992